Ne me parlez pas d'abstention ou de vote blanc !



Aujourd’hui, ça n’a rien à voir mais trop c’est trop !

Ne me parlez pas d’abstention ou de vote blanc.

Comme si cette campagne présidentielle n’avait pas suffisamment bousculé les codes, voilà qu’on se retrouve à l’entre deux tours dans une situation inédite, assez effrayante. J’étais dimanche devant ma télévision et je pensais qu’on avait touché le fond. Je me suis dit que certainement, on avait saisi la gravité du moment et qu’un tournant allait s’opérer. Mais non. L’Histoire que nous sommes en train d’écrire semble ne pas vouloir s’arrêter en si bon chemin. 


Le 21 avril 2002, lorsque le FN s’empare du deuxième ticket pour la présidentielle, la France est choquée, en état d’alerte. Les électeurs jurent de s’emparer des urnes pour éviter à la France un destin honteux. Le 23 avril 2017, 15 ans plus tard, c’est toujours le FN qui se place en deuxième position du scrutin. Il y a de la déception chez les candidats malheureux, il y a de l’euphorie chez celui qui mène (d’à peine 2 %) mais la colère qui gronde petit à petit fait entendre un son nouveau. Alors que les « vieux » partis (comme il est de bon ton de les qualifier) rappellent la gravité de l’instant et demandent de faire barrage à l’extrême-droite, certains s’amusent à jouer au ni-ni. Ils sous-entendent alors qu’un vote pour Emmanuel Macron équivaut à un vote pour Marine Le Pen. Je pensais vivre dans un pays qui se lèverait pour faire barrage à la haine mais finalement je vois que la situation a bien changé … 

Voir la petite fête organisée à Hénin-Beaumont m’a brulé au plus profond de mon être. Nous avons donné à ces gens l’occasion de célébrer, de pavaner, de prendre de l’ampleur dans le débat et dans les mentalités. Ils se vantent d’être le premier parti de France. Mais de quel parti parle t’on ? Qui donc est force de proposition dans ce rassemblement décomplexé ? Finalement, leurs électeurs n’ont eu besoin que d’une coupe de cheveux pour être convaincus de la dédiabolisation. La « fille de » est devenue « maman de la patrie » et plus le temps passe, plus on la laisse devenir le porte drapeau de l’amour de la nation ! Marine, notre messie, va nous libérer de l’Europe, lever les taxes, éloigner les maladies et les parasites (je parle des étrangers), nous aider à revenir au franc et enfin rendre à la France sa grandeur. Ca ne vous rappelle rien ? Nous aussi on a notre Trump ! Mais j’imagine que les journalistes ne veulent rien dire sous peine de nourrir le phénomène exactement comme aux Etats-Unis. Du coup, c’est à nous, le peuple, de faire preuve d’intelligence, de réflexion, d’esprit critique. C’est loin d’être notre point fort et je vous avoue que ça commence à sérieusement m’inquiéter et me révolter !

Toute cette campagne s’est joué dans le marketing. C’est insupportable ! Combien ont voté pour des idées, pour un programme ? Combien on lu le programme, ne serait-ce que de leur candidat ? C’est affligeant ! On se base sur une personne, une image, un feeling, un extrait de meeting qui nous a persuadé. On choisit le destin de la France en répétant des phrases toutes faites sans les vérifier. Il est ridicule que les électeurs du FN critiquent les affaires de François Fillon quand ils ont pire de leur côté. Et comment montrer du doigt Benoit Hamon comme ayant participé au gouvernement quand il y est resté quelques mois et qu’il l’a quitté volontairement quand il ne pouvait plus le cautionner ? En face on oublie Emmanuel Macron qui a travaillé à l’Elysée depuis 2012, a été ministre 2 ans et il a quitté le gouvernement par intérêt personnel (il avait fondé son mouvement-parti 4 mois avant son départ et déjà levé de nombreux fonds). Je comprends que les gens aient leur candidat, mais cela ne devrait en aucun cas les empêcher de réfléchir et d’être critiques ! Personne n’est parfait et encore moins en politique, on ne peut pas soutenir quelqu’un sans aucune réserve. Et si vous n’avez trouvé personne pour porter votre voix, vous avez surement voté blanc au premier tour. Et je ne vous en veux pas. Mais vous l’envisagez face à ce second tour ? Je suis incapable de le comprendre !

A un moment donné, il faut savoir se poser et être modeste. Ne vous faites pas confisquer votre pays par des gens qui ne cherchent que leur intérêt personnel ! Ne pas donner de consigne de vote dans ce contexte c’est vouloir garder les électeurs à soi, peu importe les conséquences pour le pays. Est-ce que la France, l’intérêt national, existe encore ? Notre pays ne mérite-t-il pas qu’on le privilégie par rapport à nos intérêts personnels ? La candidate et le FN sont un danger pour la France. Son patriotisme, c’est un repli, un déclin, une haine, une atteinte directe à nos valeurs républicaines : liberté, égalité, fraternité. 

Non, être une femme n’est pas un argument recevable pour voter pour elle (argument souvent soulevé par ses électeurs hommes d’ailleurs donc je ne suis pas forcément convaincu que ce soit du féminisme). Et je me dois de le répéter, non, elle n’est pas une candidate patriote ! Ouvrez les yeux ! La définition de la France a été ridiculisée à l’absurde. Dans leur discours, être français c’est être blanc, français de souche, chrétien, … Ces questions n’étaient absolument pas dans les mentalités lorsque nos pères fondateurs écrivaient « Liberté, égalité, fraternité ». Expliquez-moi en quoi Marine Le Pen prone l’égalité. Elle propose de diviser les citoyens en français et étrangers (même s’ils sont dans la pure légalité, travaillent et vivent en France, payent leurs impôts, …). Et pire que les montrer du doigt, elle demande un système à deux vitesses ! Ecole, emploi, justice, … Vous êtes étrangers ? Vous serez toujours traités comme citoyens de deuxième importance ! Et ne me faites pas croire que ces idées n’amènent pas à la légalisation de la discrimination. Si vous instaurez deux classes d’habitants, les mentalités s’en imprègnent et la société sera assaillie par les paroles et les actes racistes et xénophobes même à l’égard des « français d’origine étrangère » qu’elle promet de traiter comme des français. C’est un mensonge, les racistes et xénophobes ne voient pas la carte d’identité, ils ne voient que la couleur de peau. Ce n’est pas marqué dans son programme mais c’est une conséquence évidente … Ce climat malsain n’est pas de la fiction. Déjà aujourd’hui, on vit dans un pays où la Fraternité n’a plus aucun sens. Les gens qui vivent encore selon notre devise sont bien trop peu nombreux. Ils n’ont pas été mis en avant pendant la campagne. D’ailleurs cette campagne n’était jamais positive et c’est ce qui a tué tout le monde. 

Les gens souffrent, se sentent oubliés, dépossédés de leur destin. Face à cette souffrance, il est tellement simple de leur promettre un paradis retrouvé. Cette personne qui dit les comprendre et promet de les prendre sous son aile, elle sait très bien que c’est ce qu’ils veulent désespérément entendre. Et plutôt que de présenter un projet et des idées concrètes pour offrir ce retour du soleil, quel est le choix de cette candidate ? Charger un bouc émissaire. Deux solutions pour trouver une victime parfaite. Premièrement, faire monter le combat du peuple contre le « grand », le mal, l’oppresseur : l’Europe. Tellement facile. Mais comme il y a une perversion dans ce parti, on ne s’arrête pas en si bon chemin. Et si tous nos problèmes étaient liés aux étrangers ? Les absents ont toujours tort et c’est édifiant de voir que les meilleurs scores du FN sont dans les régions le moins en contact avec l’immigration. Mais l’étranger c’est comme l’inconnu, ça fait peur. Et s’il venait jusque dans nos bras, égorger nos fils, nos compagnes ? Vous avez compris le patriotisme façon FN ? Elle ne fait que puiser dans la peur, le rejet, l’orgueil, le fantasme. Et on vous le vend comme « protégez avec moi notre modèle ». 

Les gens qui envisagent ou qui sont convaincus de voter pour elle, pour eux, ont-il une vision saine de l’étranger ? Savent-ils que la France a été une terre d’accueil depuis toujours et qu’elle a porté des destins d’immigrés ou d’enfants d’immigrés ? Ma famille a été accueillie par une France généreuse et aimante. Ils ne maitrisaient pas le français comme des natifs mais ils ont tout fait pour vivre la chance qu’on leur a donnée. Ils ont gravi les échelons et donné naissance à des enfants, élevés par l’école de la République. Aujourd’hui, je suis français, j’ai deux nationalités, deux cultures, je parle plusieurs langues et je veux approfondir mon niveau dans ma langue d’origine. C’est mon histoire, j’en suis fier et elle m’a énormément apporté. J’ai grandi avec deux modèles de société assez différents, il m’a fallu examiner les différences et j’ai pu construire mes convictions citoyennes. Si vous n’avez jamais voyagé, jamais connu d’autres contextes, d’autres points de vue que les vôtres, vous n’avez pas une réflexion riche. L’autre c’est celui qui va m’aider à me regarder, la différence vous remet en question. Rejeter l’inconnu et s’enfermer sur soi, c’est accepter la médiocrité d’une bulle de pensée et de culture. Etre français, ce n’est pas ne rien être d’autre ! C’est être ensemble sous ce drapeau, ces valeurs, ces lois qui font notre pays. Notre culture c’est l’art, le patrimoine, … Mais elle n’a de sens que si elle est partagée, que si on peut s’enrichir des cultures étrangères. Pourquoi être aussi arrogants aujourd’hui alors que des périodes comme la Renaissance ont fait voyager la culture dans toute l’Europe ? Nous avons tous à apprendre de l’autre. Son accent, sa différence, c’est ça qui nous rassemble ! Nous sommes censés être un pays fraternel où peuvent se donner la main de nombreuses identités autour d’un même idéal. Je ne vois pas la France comme la multitude de reproductions d’un individu unique.
Je refuse que ma France rate ce rendez-vous du 7 mai. Je ne veux pas de scores proches, d’une victoire de justesse. Peu importe en face de qui, ce rassemblement bleu marine ne peut plus être encouragé. Ils joueront les victimes, ils joueront la carte de la censure. Mais ne lâchez pas, les législatives ne doivent pas non plus leur permettre d’accroitre leur influence dans l’Assemblée Nationale. L’Assemblée Nationale c’est le peuple et ce parti ne représente pas le peuple. Il puise dans les traits les plus sombres de l’être humain pour remuer des idées nauséabondes. 

Ne vous faites pas avoir par les éléments de langage, soyez concrets. Si vous avez un combat idéologique à mener contre Emmanuel Macron, si vous exigez une VIeme République, votez pour la France qui ne vous empêchera pas de le faire. Ces combats qui sont peut-être les vôtres auront toujours lieu d’être. Mais ce scrutin a déjà trop souffert. Punissez ceux qui veulent porter atteinte à notre pays et un mois après, vous aurez tout le loisir de voter à nouveau pour placer vos idées en majorité à l’Assemblée. Le temps est venu de se rassembler contre. Peu importe les discours, le danger est là et il serait irresponsable de laisser cette élection entre les mains des pro-Macron et pro-Le Pen. Le résultat est incertain mais sera irréversible. 

Le 7 mai, je ne déposerai pas un vote d’adhésion mais ma décision est prise depuis l’annonce du second tour. Nous avons la chance d’avoir deux élections rapprochées. Si la première n’a pas satisfait vos attentes, concentrez-vous sur la deuxième ! Mais, sauvons notre pays avant de le réformer. Ce duo de tête ne plait pas à beaucoup de monde. Ne soyez pas capricieux ou mauvais perdants dans votre vote (ou absence de vote). Il faut se mobiliser. Nous ne sommes pas citoyens pour se retirer de la démocratie quand la voix du peuple nous déçoit. Vous pouvez éteindre votre télévision et jurer de ne plus regarder une émission si votre candidat favori quitte l’aventure. Là, on parle de choses sérieuses. Il en va de notre pays, de notre Histoire, de notre héritage. Un pays laissé à la mondialisation vaut mieux qu’une société laissée à la haine. Ce bulletin qu’il faut vous résoudre à mettre fera moins mal à vos convictions politiques que de bien à votre conscience citoyenne. 

Emmanuel Macron n’était pas mon candidat et pourtant il aura ma voix pour cette élection. Je n’adhère ni à son programme ni à son histoire, le personnage ne me plait pas, les discours me déçoivent. Mais je ne suis pas tenté par les extrêmes. Je préfère lui donner sa chance 5 ans plutôt que d’ouvrir la boite de Pandore. Je n’ai pas besoin d’essayer Marine Le Pen pour vérifier mes thèses. J’ai lu son programme et je le considère anti-républicain. Sa France n’aurait pas accueilli mes parents, ne leur aurait pas donné leur chance, ne m’aurait pas soigné et éduqué, je n’aurais pas eu les mêmes possibilités et je n’aurais pas pu être là où j’en suis aujourd’hui. 

Je pense que les électeurs du FN sont en danger également. Déjà, d’être terriblement déçus si l’illusion venait à s’effondrer. Mais surtout, je pense qu’ils ont emprunté un chemin qui les a éloignés de la France. Ce qu’ils appellent la Patrie n’a rien en commun avec notre belle République. Je ne pense pas qu’on pourra les sauver à temps pour le scrutin, mais si vous votez blanc ou choisissez l’abstention, c’est à leur voix que vous laissez le pays. 


Réveillez vos consciences et, s’il vous plait, faites travailler votre esprit critique !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire